Les secrets de l’histoire des Geta : Les origines des sandales en bois japonaises

femme-portant-geta

Au cœur de la culture japonaise, les chaussures traditionnelles occupent une place de choix. Parmi elles, les geta, ces sandales en bois aux lanières de tissu, ont traversé le temps et demeurent encore aujourd’hui une référence dans le monde de la mode. Dans cet article, nous allons partir à la découverte de l’histoire des geta, afin de mieux comprendre leurs origines et leur évolution au fil des siècles.

L’émergence des geta au Japon

Les premières traces des geta remontent à l’époque de Heian (794-1185), où elles étaient déjà portées par la population japonaise pour marcher sur les sols humides ou boueux. À cette période, la majorité des chaussures étaient conçues à partir de matériaux naturels tels que la paille de riz et le bambou. Les geta, quant à elles, se distinguaient grâce à leur semelle en bois, qui offrait une meilleure résistance face aux intempéries et permettait de protéger les pieds de leurs utilisateurs.

C’est toutefois durant l’époque d’Edo (1603-1868) que ces sandales en bois vont véritablement s’imposer au sein de la société nippone. En effet, avec l’essor du commerce et des échanges interculturels, la fabrication de cette chaussure traditionnelle japonaise a connu, elle aussi, une importante évolution. D’autant plus que son port devient alors un statut social, les différentes classes de la société arborant des geta aux designs et couleurs spécifiques.

Pour découvrir ces sandales en bois uniques, n’hésitez pas à voir la boutique Paradis Japonais.

mode Geta

Entre fonctionnalités et esthétisme : les particularités des geta

Les chaussures traditionnelles japonaises, et notamment les sandales en bois telles que les geta, puisent leur originalité dans un savant mélange entre praticité et élégance. En effet, les artisans du pays du Soleil-Levant se sont attachés à combiner ces deux aspects pour répondre au mieux aux besoins et attentes de la population.

Une semelle en bois adaptée aux conditions climatiques

Le principal atout des geta réside incontestablement dans leur semelle en bois et leur forme particulière. Celle-ci peut être surélevée grâce à deux blocs de bois appelés « ha » ou « dai », dont la hauteur varie selon l’utilisation prévue. Ainsi, on retrouve des geta plus ou moins élevées, destinées aussi bien aux geishas qu’aux samouraïs ou aux simples paysans. Ce système permettait d’éviter le contact avec le sol mouillé ou sale, tout en offrant une certaine stabilité lors de la marche.

Le choix des matériaux

Outre le bois, qui constitue la base même de la semelle, d’autres éléments entrent dans la confection des geta. On peut ainsi noter l’usage de la paille de riz, du bambou et du tissu pour la réalisation des lanières (hanao), qui tiennent le pied en place. Ces matériaux, relativement légers et facilement accessibles, permettaient de fabriquer des chaussures durables et confortables.

Un design séduisant et empreint de symbolisme

Mais les geta ne sont pas qu’une simple paire de sandales en bois japonaises : elles représentent également un art à part entière, illustré par la finesse des motifs gravés sur la semelle ou les lanières brodées. De plus, certaines couleurs et formes étaient réservées à une catégorie particulière de personnes, comme les geishas ou les samouraïs, faisant ainsi de cette chaussure un véritable reflet du statut social de son porteur.

Les différentes variétés de geta

  1. Les uki-geta, très répandues à l’époque d’Edo et caractérisées par leur semelle épaisse en forme de demi-cylindre ;
  2. Les pokkuri-geta, souvent portées par les jeunes mariées dans le cadre de cérémonies traditionnelles ;
  3. Les tengu-geta, avec une seule et unique pièce de bois centrale qui sert à la fois de talon et de support pour le pied ;
  4. Les iwa-geta, aux deux blocs de bois prévus pour une utilisation en extérieur, notamment dans la montagne.

Les geta de nos jours

Aujourd’hui encore, la fascination pour les geta perdure et ces sandales en bois continuent d’être portées lors de fêtes traditionnelles ou simplement au quotidien par certains adeptes du style japonais. De nombreux artisans perpétuent ce savoir-faire ancestral et proposent des créations toujours plus élaborées, faisant des chaussures traditionnelles japonaises un objet de mode à part entière.

De même, on assiste depuis quelques années à une recrudescence de l’intérêt envers les geta dans le monde occidental, où elles se sont imposées comme un accessoire de mode original et authentique.